La prévention des risques professionnels,ça rapporte !

Article déjà publié sur d'autres supports, mais, hélas, sans grands échos...

Bis répétita placent ??????

….Extraits de « Mangement et RSE » daté du 17 novembre 2014 :

 

 

 

Une étude de l’OPPBTP, qui portait sur l’analyse couts-bénéfices de 101 cas d’actions de prévention, mettait en évidence des réductions fortes ou des suppressions complètes du risque visé sur les axes sécurité, santé et pénibilité, de l’ordre de 55 à 73%. Sur le plan financier, ce sont les actions destinées à réduire la pénibilité qui présentent de meilleurs résultats (rapport moyen bénéfices-couts de 2,90). L’immense majorité de toutes ces actions (93 sur 101) ont rapporté plus qu’elles n’ont coûté. Leur durée moyenne est de 5,2 années et leur "payback" moyen (durée permettant de rembourser l’investissement) atteignait une année et demie, ce qui montre que l’impact des projets de prévention sur la trésorerie des entreprises reste limité. 

 

 

 

Ce sont d’ailleurs souvent les petites entreprises qui sont les plus réticentes à investir en prévention, faute de moyens. Erreur, car l’étude a pris en compte l’effectif en calculant le gain en euros par salarié concerné : il s’établit à

 

  • 1610 euros pour les plus grandes entreprises (50 salariés et plus) ;

  • 3730 pour les 20 à 49 salariés et

  • 8170 pour les plus petites entreprises (moins de 20 salariés).

 

Pour ces dernières, le rapport moyen bénéfices-couts est de 3,10 (contre 2,00 pour les plus grandes)

 

 

 

De son côté, l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (EU-OSHA, dite « Agence de Bilbao ») a examiné des cas d’entreprises ayant construit des projets de prévention et publié une synthèse des résultats[5]. Le rapport bénéfices-couts peut atteindre 4,81. Cette analyse s’appuyait sur une étude menée par une équipe d’universitaires et publiée l’année précédente par le « Scandinavian Journal of Work, Environment & Health »[6]. Celle-ci étudiait 14 cas d’entreprises et concluait à un rapport bénéfices-couts s’étageant de 1,01 à 4,81.

 

 

 

En d’autres termes, un euro investi dans les politiques de prévention génère une économie de coûts qui peut atteindre 4,81 euros par le biais de la réduction des accidents, des maladies, de l’absentéisme. C’est ce que les anglo-saxons appellent le ROP, le retour sur politiques de prévention (par analogie avec le ROI, retour sur investissements). Un ROP supérieur à 1 dénote un investissement rentable. Les politiques de prévention constituent donc un domaine d’investissement très rentable, y compris sous un angle purement financier.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0